La Terre entre la Mer et le Ciel

Chili

Entre Mer et Ciel

Imaginez une étroite bande de terre de plus de 4300 km de long et de 200 km de large, bordée à l’ouest par une côte spectaculaire et à l’est par la barrière des Andes dressant sa herse grandiose, tutoyant les nuages, ponctuée de volcans aux cônes enneigés.

Lorsqu’on voyage dans ce pays sauvage et grandiose à la beauté étourdissante, que l’on rencontre ses habitants si sympathiques, on a du mal à croire que ce pays était, au début des années 1990, encore sous le joug de la dictature militaire. La culture chilienne, rescapée de cette longue période de violence et de répression, fleurit à nouveau, portée par un peuple volontaire et chaleureux. Si ce pays possède la plus importante population d’ascendance européenne d’Amérique du Sud, ses traditions autochtones se maintiennent dans les Andes et en Patagonie.

Terre de contrastes impressionnants, vous serez émerveillés par le désert d’Atacama, ses salars et ses lagunes peuplées de flamants roses, entourés de volcans majestueux ; par ses nombreux lacs, vignobles, volcans et forêts du centre ; par ses vastes steppes arides, fjords et glaciers, faune typique de ces terres du bout du monde que sont la Patagonie et la Terre de Feu.

Sans oublier, cerise sur le gâteau, Rapa Nui, l’intrigante Île de Pâques, perdue au beau milieu de l’Océan Pacifique ! Une sorte de kaléidoscope que l’on ne retrouve nulle part ailleurs. Et, définitivement, un paradis pour les amoureux de nature, d’aventure et de grands espaces.

Le Chili propose un bel inventaire d’expériences uniques et insolites, à vivre entre le Tropique du Capricorne et les Cinquantièmes Hurlants. Difficile de ne s’y rendre qu’une seule fois, tant le pays est grand et varié. Et, lorsqu’on a commencé à en gratter la surface, on n’a qu’une seule envie, celle d’y retourner… Pour voir les principaux sites du pays en un seul voyage, quelques trajets en avion s’imposeront.

Votre expert

portrait

Nicolas Jaques

Directeur & co-fondateur
Contact

Les trente dernières années de ma vie ont toujours été partagées entre trois passions, la montagne, le vol et les voyages. Depuis tout ce temps que je parcours l’Asie et que j’arpente les sentiers des vallées reculées de l’Himalaya, la passion du voyage est toujours là. Que se soit sur le Fleuve Gelé du Zanskar, sur les sommets himalayens à plus de 8000 mètres, sur les chemins de pèlerins ou simplement dans une maison de thé quelque part en Asie Centrale, ce continent n’a eu de cesse de m’attirer vers lui. Toujours et encore, l’Asie m’arrache à ma vie sédentaire et me rappelle à elle dans une douce errance, de la Mongolie au Sri Lanka, du Bhoutan à l’Asie Centrale. Et, depuis quelques années, c’est au tour de l’Afrique et de l’Amérique du Sud de m’emmener toujours plus loin dans l’exploration du monde, à la découverte d’horizons nouveaux…
Ah, j’oubliais ! Retour aux sources… Près de 35 ans après avoir passé plus de 5 mois en Nouvelle Zélande, je redécouvre le pays du long nuage blanc. Tant de choses ont changé, mais la fascination pour les Antipodes de l’Europe est toujours là…

  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt

Quand partir ?

Le climat du Chili varie autant que ses paysages, du fait de sa forme étirée (plus de 4300 km !) et de sa géographie accidentée. Ceci permet donc d’y voyager quelque part à toutes saisons. Situé dans l’hémisphère sud, les saisons sont inversées. Au nord, le désert d’Atacama est caractérisé par son ciel limpide, son aridité et sa sécheresse, l’absence quasi totale de pluie et une grande variation de températures entre le jour et la nuit. Un séjour dans ces contrées peut donc s’envisager toute l’année.

Santiago et le centre du pays connaissent un climat tempéré avec quatre saisons distinctes, des précipitations normales en hiver et des températures comprises entre 0° et 30°. Le climat ici est méditerranéen, ce qui en fait une région très fertile où prospèrent vignes et arbres fruitiers. Les conditions sont optimales au printemps (de septembre à novembre), avec des paysages verdoyants et de douces températures, ou en automne (de fin février à fin avril).

En revanche, l’été (de décembre à mars) convient mieux pour se rendre en Patagonie, que ce soit en Patagonie du nord (Araucanie et Région des Lacs) ou en Patagonie du Sud (Torres del Paine, Terre de Feu). Mais attention, même au cœur de l’été, le mercure y dépasse rarement les 11°C et il arrive très souvent de subir les quatre saisons dans une seule et même journée !

Au printemps (en octobre et novembre), la Patagonie est toute de fleurs parée, c’est un enchantement pour les yeux mais les vents peuvent être très violents. En automne, le spectacle est magique lui aussi puisque la Patagonie possède des arbres endémiques qui prennent des tons chatoyants de rouge, orange, doré… mais cette fois quasiment sans vent !

Pendant l’hiver austral (de juin à août), de manière générale, plus on descend vers le sud, de la région des lacs vers les steppes de la Patagonie et de la Terre de Feu, plus les températures chutent et la rigueur du climat se fait sentir. Du reste, la plupart des lodges dans ces régions ferment de mai à octobre.

Pour ce qui est de l’enclave de l’île de Pâques, le climat est subtropical, chaud et humide (mais tempéré par les brises) toute l’année, avec peu de variations de température, de 16 à 21°C en juillet (hiver austral) à 21-27°C en janvier (été austral). Le mois le plus pluvieux est mai.

Partir au Chili...

¡Quiero viajar a Chile!