Entre Pacifique et Caraïbes

Costa Rica

Le Pays de la Pura Vida

Nature. Plages. Volcans. Biodiversité. Faune. Marche. Cheval. Rafting. Vélo. Plongée. Pêche. Aventure. Quelques mots-clés qui donnent un avant-goût de ce qui pourrait être votre prochain voyage, ou vos prochaines vacances en famille…

Bordé au nord par le Nicaragua et au sud-est par le Panama, le Costa Rica, la « Riche Côte », est un des plus petits pays au monde. Pourtant, chaque région offre une telle variété de paysages que l’on a l’impression d’arriver dans un lieu totalement différent en n’ayant parcouru qu’une courte distance. Plusieurs parcs nationaux invitent les voyageurs à séjourner et à explorer la richesse de la nature. Le Costa Rica est aussi un pays qui possède des côtes totalement diversifiées, de magnifiques plages sur la longue côte du Pacifique ainsi que sur celle de l’Atlantique, passablement sauvage inexplorée.
On trouve des hautes terres accidentées dans la majeure partie du pays, allant d’environ 1000 à 2000 mètres d’altitude. La Cordillère du Guanacaste, la Cordillère Centrale et la Cordillère de Talamanca sont les principales chaînes de montagnes qui s’étendent sur toute la longueur du pays. Il y a plusieurs volcans en activité: le Volcán Arenal, Volcán Irazú, Volcán Rincón de la Vieja et Volcán Turrialba, et la plus haute montagne du pays est le Cerro Chirripó avec une altitude de 3819 m.

Le Costa Rica est considéré comme le pays qui possède la plus forte densité de biodiversité au monde. Bien qu’il ne représente que le 0.3% de la masse continentale de la Terre, le Costa Rica abrite 4% des espèces que l’on estime exister sur la planète. On estime qu’il y a plus de 10’000 plantes et arbres éparpillés dans tout le pays, dont plus de 1’200 espèces d’orchidées. Avec plus de 35’000 espèces d’insectes, 160 espèces d’amphibiens, 220 espèces de reptiles, 850 espèces d’oiseaux et 205 espèces de mammifères, ce magnifique pays couvre une grande gamme d’habitats écologiques. Les forêts tropicales humides, les forêts de feuillus, les côtes de l’Atlantique et du Pacifique, les forêts de nuages et les forêts de mangroves sont toutes représentées sur les 51’500 km2 de la surface du pays.
Le Costa Rica a quelque chose à offrir à chacun et est une destination idéale pour les familles, pour les actifs et les aventureux, pour les friands de sable fin et de farniente, pour les amateurs de nature, de yoga, etc.

Quelques points forts

  • 20% du pays couverts de parcs nationaux
  • Volcans actifs (Arenal, Poás, Irazú, Rincón de la Vieja)
  • Centaines d’espèces d’amphibiens, de reptiles, d’oiseaux et de mammifères
  • Flore très riche et variée
  • Plantations de café dans la vallée centrale
  • Plantations d’ananas, de bananes, palmiers, cacaos, sucre, noix de cajou, vanille…
  • Grand nombre d’excursions et d’activités de toutes sortes
  • Balnéaire : les Caraïbes et le Pacifique ont toutes deux de superbes plages

Les différentes régions

LE LONG DES CORDILLÈRES

SAN JOSÉ & LA VALLÉE CENTRALE

La capitale du Costa Rica, située au centre du pays, est généralement le point d’arrivée et de départ lors de votre voyage. Centrale, elle offre avec un accès facile aux destinations et attractions les plus populaires du pays. D’intérêt moindre, San José offre toutefois de quoi s’occuper une demi-journée ou une journée :
Le Musée national, qui fournit des informations sur l’histoire du pays ; le Musée de Jade, avec sa plus grande collection mondiale de jade américain et enfin le Musée de l’or.
Pour un aperçu de la culture locale, le Mercado Central mérite une visite pour explorer les stands avec ses marchandises de toutes les régions.
En plein centre, pour observer les gens et les colombes, la Plaza de la Cultura, à côté du Théâtre National. Le théâtre est la fierté des Ticos et aussi l’un des plus beaux bâtiments du pays.
À seulement 37 km au nord d’Alajuela, le volcan Poás est la destination idéale pour une excursion d’une journée et pour ceux qui veulent admirer un volcan en activité. Depuis le pont d’observation, vous avez une vue imprenable sur son cratère principal qui contient un lac turquoise. Sur la route vers le Parc National de Poás, vous passerez également par des plantations de café.
Le Jardin des cascades de La Paz est construit autour d’une série de cascades pittoresques et abrite également le plus grand jardin de papillons du pays, des jardins botaniques et des expositions de colibris.
Le parc national d’Irazú contient le plus haut volcan, l’Irazú. Marchez le long du Crater Lake de couleur vert-jaune et profitez de la beauté de la nature entourée de collines noires.

 

ARENAL & MONTEVERDE

La région d’Arenal abrite le volcan le plus actif du Costa Rica, voire un des volcans les plus actifs du monde, le Volcán Arenal (1633 m). Cet incroyable volcan produit régulièrement des colonnes de cendres, des explosions et des coulées de lave rouge. Cette région est très touristique et donc en saison peut être très, très fréquentée. De nombreuses activités « aventure » y sont proposées, comme le zip-lining, marche, équitation, vélo, ponts suspendus, etc. Par contre ce n’est pas du tout la meilleure destination pour l’observation de la faune.
Le lac Arenal sépare la région d’Arenal de celle de Monteverde, qui a également donné son nom au village. C’est ici, dans les forêts de nuages, que l’on trouve les meilleurs parcours dans la canopée du pays. Cette région montagneuse possède plusieurs villages, comme Monteverde et Santa Elana, qui proposent des hébergements, des restaurants et des bars. À cause de l’altitude il peut pleuvoir beaucoup et il y fait plus frais. Quelques lieux offrent des vues spectaculaires sur le Golfo de Nicoya. La Monteverde Cloud Forest est réputée pour le Quetzal, un oiseau tropical aux couleurs spectaculaires. Et on peut observer ici une grande diversité d’animaux, d’oiseaux, de papillons, etc. La Réserve de la Forêt de Nuages de Santa Elena est une superbe initiative locale de conservation et propose plusieurs kilomètres de sentiers bien entretenus, et est moins visitée que celle de Monteverde.

 


 

À L’OUEST DES CORDILLÈRES

GUANACASTE

La région s’étend de frontière avec le Nicaragua le long des magnifiques plages de la côte du Pacifique balayées par les vagues. Libéria en est la capitale et est aussi appelée la « Ville Blanche », en raison de sa terre volcanique blanche. Guanacaste est l’une des régions les plus sèches et les plus chaudes du Costa Rica, surtout de novembre à avril, lorsque vous pouvez profiter de la chaleur sèche de l’une des merveilleuses plages de sable. Guanacaste est la destination idéale pour les activités aquatiques (voile, surf, plongée) tout comme pour la randonnée, le mountain-bike et autres activités de plein air.
Tamarindo Beach est le point chaud des surfeurs. Les plongeurs trouvent aussi leur chemin vers cette plage de sable blanc. Tamarindo est l’une des régions les plus développées du pays et l’une des destinations touristiques les plus populaires, avec une vie nocturne très active dans les nombreux bars.
Autrefois connue comme plage solitaire, Playa Conchal est aujourd’hui une grosse destination touristique. Néanmoins, avec sa plage de sable fin composée de millions de petits coquillages blancs, c’est certainement l’une des plus belles plages du Costa Rica.
Une des plages les plus exclusives de la région est Playa Flamingo. Cette destination de pêche sportive offre à ses clients une piste d’atterrissage, une marina et des restaurants coûteux.
Un peu plus haut vers le nord, le Golf de Papagayo possède de magnifiques rives et propose parmi les établissements touristiques les plus luxueux du pays.
A l’est, les hauts plateaux de Guanacaste construisent le magnifique volcan Rincón de la Vieja avec ses neuf cratères distincts, dont seul le cratère Rincón de la Vieja (1900 m) est actif. Un des cratères est rempli d’un lac turquoise acide. Le parc national environnant est censé être un des parcs les plus éclectiques du pays. Un certain nombre de rivières prennent naissance dans cette région et au pied du volcan se trouvent des mares de boue, des sources chaudes de soufre, des chutes d’eau et des fumerolles. Il est assez difficile d’accéder à ce parc en raison du mauvais état des routes, mais ce paradis des marcheurs hors des sentiers battus vous récompensera par une beauté naturelle intacte et une riche faune.

 

LA PÉNINSULE DE NICOYA

Séparée du continent par la rivière Tempisque et le Golf de Nicoya, vous pourrez profiter d’une ambiance décontractée et participer au rêve d’indépendance des autochtones. Une liaison par voie terrestre n’existe que via Libéria ou un pont près de l’estuaire de la Tempisque. Le paysage se présente sous la forme d’une chaîne de montagnes de 1000 m d’altitude. En revanche, la région est de plus en plus célèbre pour ses belles plages vierges et isolées.
Playa Nosara, une plage attrayante, est soutenue par une végétation riche qui attire un certain nombre d’animaux. Une grande partie de la région de Nosara est déclarée refuge faunique. En raison des mauvaises routes, beaucoup de voyageurs préfèrent prendre l’avion.
Playa Ostional (6 km au nord-ouest de Nosara) est l’un des sites de nidification les plus importants pour les tortues luths. Le meilleur moment pour les voir est entre juillet et novembre.
Playa Nosara est une belle plage large, entourée de collines verdoyantes et populaire pour les randonneurs et les surfeurs. Les plongeurs peuvent explorer le récif de l’océan ; les nageurs ont les meilleures conditions grâce à l’eau plate, calme et chaude. En haute saison, elle est surtout visitée par les autochtones, alors qu’en basse saison, vous pouvez profiter de la solitude.
Mal Pais et Santa Teresa sont surtout des lieux de détente. Vous y trouverez des iguanes endormis et même des personnalités qui apprécient leurs vacances tranquilles. En raison de ses plages de galets et de ses rochers dans l’eau, cette région n’est pas considérée comme un lieu de tourisme de masse.
Playa Tambor, une plage de sable gris soutenue par la mangrove, est protégée par Bahia Ballena (baie des baleines) et abrite aujourd’hui un immense complexe balnéaire tout compris, Barceló Playa Tambor. Les clients ont l’avantage de profiter de cette plage en privé. Le village voisin offre également un hébergement de base.
Montezuma était autrefois une destination éloignée et originale au Costa Rica, prisée par les hippies et les rêveurs. Aujourd’hui, c’est toujours une ville charmante et alternative, mais de plus en plus de touristes arrivent sur cette pointe sud de la péninsule.  Le village lui-même n’offre qu’une petite plage. Mais après 30 minutes de marche, vous arriverez à Playa Grande, où vous pourrez nager en toute sécurité. Les hébergements sont pour la plupart simples, mais les possibilités de baignade sont fantastiques.

 

LA CÔTE PACIFIQUE CENTRALE

Le parc national de Manuel Antonio, situé à 7 km au sud de Quepos est un véritable paradis dans le Pacifique central. Il est surtout connu pour ses plages de sable blanc, entourées d’une forêt tropicale luxuriante. C’est une des plus grosses destinations touristiques du pays. Le parc national lui-même n’est accessible qu’en marchant dans un petit ruisseau ou en prenant un bateau à marée haute et, pour protéger la faune et la nature, il y a une limite de 600 visiteurs par jour. Explorez le monde des singes, ratons laveurs, paresseux et bien plus encore. La ville de Manuel Antonio se compose d’hôtels et de restaurants qui offrent une vue imprenable sur l’Océan Pacifique bleu scintillant.
Dominical, situé à 1 heure de route au sud de Manuel Antonio, fait partie des zones hors des sentiers battus du Costa Rica et offre de superbes plages entre Dominical et Uvita.
Le parc national de Marino Ballena offre de belles plages, des mangroves où l’on peut apercevoir des ratons laveurs, des lézards, des caïmans et des récifs coralliens. Les dauphins sont fréquents et la plage offre un lieu de nidification à l’Olive Ridley et à la tortue imbriquée. Les Islas Ballenas, qui font également partie du parc, servent de refuge aux baleines à bosse et à leurs petits de décembre à avril.

 

LA PÉNINSULE D’OSA & LE GOLFO DULCE

Le National Geographic affirme que la péninsule d’Osa est « l’endroit le plus intense biologiquement sur terre ». Osa est une région que l’on ne peut décrire qu’avec des superlatifs. C’est l’endroit le plus isolé et le plus vierge du Costa Rica, donc en un mot, parfait !
Osa est située à l’extrémité sud du Costa Rica et s’étend sur environ 50 km dans l’océan Pacifique. La Péninsule protège le Golfo Dulce du rude Pacifique afin que vous puissiez voir des baleines et des dauphins en train de jouer. Des plages incroyables et des promontoires rocheux vous invitent à séjourner et à profiter de la nature avec ses rivières, ses forêts et sa faune.
Dans la partie nord, vous trouverez Drake’s Bay, accessible uniquement par voie d’eau. Le trajet vous mènera à travers l’une des plus grandes mangroves d’Amérique centrale. Les lodges proposent des forfaits tout compris comprenant les vols pour Palmar, le transfert à Sierpe, le trajet en bateau jusqu’à l’hôtel et la pension complète.
Avec plus de 42’000 hectares, le parc national de Corcovado est le deuxième plus grand parc national du Costa Rica et est niché dans la partie sud-ouest d’Osa. En raison des fortes pluies, elle offre une grande variété de végétations (par exemple, mangroves et forêts primaires et secondaires) et d’animaux menacés.
À 15 km dans l’océan Pacifique, vous pouvez explorer l’île du Caño, île célèbre pour son monde sous-marin et donc paradis pour les plongeurs et les amoureux de la nature. Avec ses baleines, ses requins, ses dauphins et ses tortues de mer, depuis 1978 l’île est une zone de protection de la nature.

 


 

À L’EST DES CORDILLÈRES

 

PLAGES CARIBÉENNES & TORTUGUERO

La région des Caraïbes du Sud est connue pour ses plages magnifiques et vierges (parfois des plages de sable noir). Pas encore aussi développée que celle du Pacifique, ceci se traduit par un style de service plus détendu dans l’industrie touristique. Les hôtels sont souvent plus rudimentaires et si on y trouve beaucoup de logements bon marché, de plus en plus d’hôtels, de restaurants et de bars font leur apparition chaque année.
Puerto Viejo est surtout connue dans le monde du surf pour la Salsa Brava, une vague rapide et explosive que les visiteurs apprécient de décembre à avril et en juin-juillet. Le reste de l’année l’océan est calme et offre de bonnes occasions de découvrir le monde souterrain de la mer en faisant de la plongée avec tuba.
Un peu au nord se trouve le parc national de Cahuita, célèbre pour ses plages de sable fin et ses récifs coralliens. Le récif atteint 500 m dans l’océan Atlantique. Passez une journée à plonger et à observer les poissons tropicaux et les anémones de mer.
Situé dans la partie nord des Caraïbes du Costa Rica, presque à la frontière du Nicaragua, Tortuguero est l’endroit idéal pour les amoureux de la nature et les gens qui veulent passer quelques jours en pleine nature. L’unicité de l’endroit est qu’il n’est accessible que par bateau ou par avion ; vous ne trouverez pas de voitures. La plupart des hôtels proposent des forfaits tout inclus, qui comprennent le transfert complet de San José à votre lodge, les circuits et tous les repas. Faites une promenade en bateau sur les canaux uniques et observez les oiseaux, comme les Toucans, les singes, les crocodiles et les iguanes.
Le nom Tortuguero vient de « tortuga » (tortue), du fait que Tortuguero est le principal site de nidification de la tortue marine verte géante (environ 1,5 m de long, 200 kg). La saison des amours et de la nidification a lieu de juillet à octobre. Les voyageurs peuvent se promener sur les plages, mais seulement dans les zones qui ont été désignées comme protégées. La baignade n’est pas recommandée en raison des fortes marées et des requins. Les vêtements de pluie sont indispensables !

 

TURRIALBA & PACUARE

Avec une vue imprenable sur la campagne du Costa Rica, Turrialba est une charmante petite ville dans la vallée luxuriante et magnifique de la province de Cartago, sur la route des Caraïbes. Parmi les parcs nationaux les plus rarement visités du Costa Rica, le parc national du volcan Turrialba abrite le volcan actif du même nom, dont la dernière éruption majeure remonte à 1866.
Ceux qui aiment l’aventure et l’adrénaline doivent absolument essayer le rafting le long des Rios Pacuare et Reventazón qui coulent à proximité de la ville.
Dans la région caribéenne du Costa Rica, il existe une zone protégée d’une beauté incomparable qui commence près de la ville de Siquirres et couvre environ 10’000 ha. C’est la zone connue sous le nom de Pacuare, qui constitue une des zones protégées les plus importantes de la région. Sa proximité des basses terres et ses fortes précipitations annuelles contribuent à nourrir les systèmes de vie complexes dont l’abondance donne lieu à des paysages d’une beauté extraordinaire.

  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt

Quand partir ?

Globalement le Costa Rica se visite toute l’année ! Le climat est de type tropical et découpe l’année en deux saisons : une saison humide de mai à novembre, et une saison sèche de décembre à avril. Avec humour les Ticos, comme se surnomment les Costariciens, se plaisent à dire qu’il y a deux saisons : la saison humide, et la saison moins humide… La saison verte dure de mai à novembre, alors que la saison dite sèche va de décembre à avril, période également considérée haute saison. Seule la région du nord-est (Guanacaste) connait une vraie saison sèche quand il peut faire beau et sec pendant plusieurs semaines.

C’est pendant la saison verte (humide) que l’on peut le mieux observer la faune, car l’impact dû au tourisme est moins lourd. On rencontre moins de monde sur les sentiers des Parcs Nationaux, et ainsi les animaux sont plus tranquilles et moins apeurés. De nombreux arbres et plantes portent des fruits qui sont fortement appréciés par la faune. Au cours d’une journée, on peut rencontrer de bonnes averses tropicales pendant 2 à 3 heures dans l’après-midi, mais généralement les matinées peuvent être assez ensoleillées.

Sur la côte des Caraïbes, les mois les plus (relativement) secs sont de juin à octobre puis de janvier à mars. Il faut s’attendre à des grosses précipitations en novembre et décembre. Dès la fin de juillet et jusqu’à la mi-octobre les tortues vertes viennent nicher à Tortuguero.

En résumé, si vous souhaitez voyager le plus au sec possible, la meilleure période pour découvrir le Costa Rica s’étend de décembre à avril, avec une préférence pour les mois de février et mars si vous souhaitez visiter la côte Atlantique, côté Caraïbe. Mais si votre intérêt est plus porté sur la faune et recherchez moins de monde, le reste de l’année est idéal.

¡Pura Vida!

« Pure vie », expression typique du Costa Rica, expression de tous les jours, de chaque instant pourrait-on dire. On la sert à toutes les sauces : une rencontre, vous demandez à quelqu’un comment il va, la réponse très certainement sera ¡Pura Vida! Lorsqu’on se croise, se salue, se dit au-revoir, à bientôt, un petit ¡Pura Vida! et voilà que vous parlez déjà la moitié de la langue !

Plusieurs théories expliquent son origine, mais celle-ci paraît la plus probable : Dans « Pura Vida », un film mexicain des années 50, l’expression incarne la résilience et l’optimisme sans faille de l’infortuné héros à qui il n’arrive que des malheurs, et très rapidement passe dans le langage courant des « Ticos » et devient la devise nationale.

On l’utilise dans toutes les situations : salut, comment va?, ça roule, ça baigne, quoi de neuf?, vas-y mollo!, ça c’est la vie!, on fait avec, à plus, etc. etc. Et la meilleure manière d’apprendre son utilisation est de partir voyager au Costa Rica… ¡Pura Vida!

Votre expert

portrait

Nicolas Jaques

Directeur & co-fondateur
Contact

Les trente dernières années de ma vie ont toujours été partagées entre trois passions, la montagne, le vol et les voyages. Depuis tout ce temps que je parcours l’Asie et que j’arpente les sentiers des vallées reculées de l’Himalaya, la passion du voyage est toujours là. Que se soit sur le Fleuve Gelé du Zanskar, sur les sommets himalayens à plus de 8000 mètres, sur les chemins de pèlerins ou simplement dans une maison de thé quelque part en Asie Centrale, ce continent n’a eu de cesse de m’attirer vers lui. Toujours et encore, l’Asie m’arrache à ma vie sédentaire et me rappelle à elle dans une douce errance, de la Mongolie au Sri Lanka, du Bhoutan à l’Asie Centrale. Et, depuis quelques années, c’est au tour de l’Afrique et de l’Amérique du Sud de m’emmener toujours plus loin dans l’exploration du monde, à la découverte d’horizons nouveaux…

Partir au Costa Rica

Pura Vida !