Mosaïque latine

Équateur

Mosaïque de cultures et de nature

Bienvenue en Équateur ! Visiter le plus petit des pays andins, coincé entre ses gigantesques voisins, la Colombie et le Pérou, compte parmi les plus belles expériences de voyage en Amérique du Sud.

Des cultures indiennes vivaces, une architecture coloniale superbement conservée, un relief chaotique façonné depuis l’origine des temps, de vertigineux volcans avec leurs cônes enneigés parfaits ou leurs champs en damiers s’étendant jusque sur de très hautes pentes, et la jungle amazonienne se côtoient à l’intérieur d’un périmètre équivalent à la moitié de la France. Malgré sa modeste taille, l’Équateur offre une étonnante palette de paysages, de climats et de cultures. Si les Indiens des Sierras ont largement conservé leurs coutumes andines, les gens de la côte semblent plus proches des mœurs caribéennes. En Amazonie, les tribus luttent pour leur survie, menacées par l’industrie pétrolière et le déboisement.

Quant aux citadins, métis pour la plupart, il y a belle lurette qu’ils ont adopté le mode de vie occidental. Si les vestiges archéologiques incas et pré-incas sont moins présents ici qu’au Pérou, ce manque est en partie compensé par la beauté et la diversité des paysages et la richesse de la nature – Amazonie et Galapagos en particulier. Ces dernières, situées à environ 1000 km de la côte, sont un fabuleux trésor naturel. Elles possèdent une flore et une faune uniques au monde. Dans son ensemble, l’Équateur possède une des plus riche biodiversité au monde. Quito, la flamboyante capitale coloniale, n’est qu’à une journée de voiture de la côte Pacifique ou de la touffeur tropicale de l’Amazonie. Ce petit pays a bel et bien la diversité et la grandeur d’un continent. Une véritable invitation…

  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt
  • alt

Votre expert

portrait

Nicolas Jaques

Directeur & co-fondateur
Contact

Les trente dernières années de ma vie ont toujours été partagées entre trois passions, la montagne, le vol et les voyages. Depuis tout ce temps que je parcours l’Asie et que j’arpente les sentiers des vallées reculées de l’Himalaya, la passion du voyage est toujours là. Que se soit sur le Fleuve Gelé du Zanskar, sur les sommets himalayens à plus de 8000 mètres, sur les chemins de pèlerins ou simplement dans une maison de thé quelque part en Asie Centrale, ce continent n’a eu de cesse de m’attirer vers lui. Toujours et encore, l’Asie m’arrache à ma vie sédentaire et me rappelle à elle dans une douce errance, de la Mongolie au Sri Lanka, du Bhoutan à l’Asie Centrale. Et, depuis quelques années, c’est au tour de l’Afrique et de l’Amérique du Sud de m’emmener toujours plus loin dans l’exploration du monde, à la découverte d’horizons nouveaux…

Quand partir ?

L’Équateur se trouvant… sur l’équateur, le climat est de type tropical, variable selon l’altitude et les régions, et influencé par la présence de la cordillère des Andes. Le temps peut être très changeant dans une même journée mais reste généralement agréable. On dit d’ailleurs que c’est le pays du « printemps éternel ». On distingue deux saisons principales, même si elles tendent à être moins marquées qu’auparavant :
L’hiver, de décembre à mai, le climat est alors chaud et pluvieux.
L’été, de juin à novembre, c’est la saison sèche avec des températures plus fraîches.
Ensuite, l’Équateur est doté de microclimats très différents dépendant des principales régions qui la forment :
Dans la Sierra (les Andes), la saison des pluies s’étend d’octobre à mai et, en moyenne, les températures oscillent entre 12 et 18°C en raison de l’altitude. En saison sèche, et principalement en juillet-août, de violents vents d’altitude balaient les sommets et le temps est souvent imprévisible. Pas le meilleur moment pour les ascensions (privilégiez décembre-janvier).
La côte, elle, affiche une température moyenne d’environ 20°C. En plein été (de juin à septembre), le soleil s’y fait rare. Une brume épaisse, la garúa, formée au contact des terres chaudes et des eaux froides du courant de Humboldt, enveloppe le littoral à longueur de journée. Il faut donc attendre les mois d’hiver pour profiter de la plage et du soleil. C’est aussi à cette période que le swell du Pacifique permet aux surfeurs de pratiquer leur sport favori.

Dans l’Oriente (Amazonie), si la température est invariable (environ 26°C toute l’année), ce sont les mois de décembre à février qui sont les plus secs. Enfin façon de parler…
Quant aux Iles Galápagos, elles aussi baignées par le courant de Humboldt, elles ne sont pas si chaudes que ça. Ces îles bénéficient d’un microclimat peu ordinaire, dû à la confluence de plusieurs courants marins. Nous pourrions distinguer deux saisons :
– La saison sèche ou saison de garúa : elle s’étend de fin mai à fin décembre. La température de l’air peut varier de 20 à 26°C et la température de l’eau, plus basse qu’en saison pluvieuse, varie de 18 à 22°C. Pour se baigner, un T-shirt en Lycra peut être utile, voire une combinaison. Peu de précipitations mais nombreuses apparitions de la garúa, sorte de brouillard quasi permanent couvrant le sommet des îles.
– La saison chaude : elle s’étend de novembre à mai avec des pluies fréquentes. Néanmoins, la température de l’air est en hausse, de 22 à 30°C, avec une forte humidité. La température de l’eau est également plus agréable, variant suivant les îles de 24 à 30°C.
En résumé, le pays se visite très bien tout au long de l’année ; certaines régions sont plus agréables que d’autres selon les saisons. Gardez bien en tête que le temps peut changer très vite au cours d’une même journée, donc n’oubliez pas des vêtements chauds et pour vous protéger de la pluie.